Du bon usage du lien

Publié le par Jyoti

Du bon usage du lien

Veiller à ne pas se laisser lier « contre son cœur », c’est-à-dire pour ne pas déplaire à quelqu’un, pour ne pas se démarquer du troupeau, pour ne pas transgresser les lois de son clan, etc. Si notre maître intérieur nous met en garde, l’écouter. Même si c’est inconfortable, ce sera plus facile que de s’en débarrasser une fois installé.

Veiller à ce que le nœud demeure un peu lâche pour continuer au fil du temps à vivre le lien comme un choix librement consenti et non comme une obligation pesante.

Délier les nœuds sans importance ou qui ont fait leur temps, tels que l’implication dans des activités qui ont perdu de leur intérêt ou les relations avec des personnes dont les chemins se sont éloignés des nôtres.

Choisir les liens que nous acceptons de nouer en conscience, c’est-à-dire avec une idée claire de ce à quoi nous nous engageons. Plus facile à dire qu’à faire ! Avec le recul, je vois plus d’un nœud dans ma vie que j’ai serré ou laissé serrer un peu trop fort parce que je n’en avais pas pesé les conséquences.

Adopter une attitude de détachement par rapport aux liens que nous percevons comme des entraves ou que notre sens moral nous interdit de détruire. Prendre du recul, regarder de haut ou de loin. Les voir pour ce qu’ils sont. Leur restituer leur véritable place éventuellement. Les observer le plus factuellement possible pour en jauger la réelle importance.

Et puis, les accepter si le moment n’est pas venu de les dénouer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article