AS et BHŪ : les deux plans de l’être

Publié le par Jyoti

Deux racines sanskrites expriment le fait d’exister : AS et BHŪ.

AS correspond à l’existence au sens absolu, celle de la Conscience suprême, du Brahman, immuable, éternel et impérissable. Son participe présent, SAT, est le premier terme de la célèbre formule sacchidānanda (sat-cit-ānanda) : existence, conscience, félicité (il peut également être compris comme « réalité » dans la mesure où le Brahman est la seule véritable réalité).

BHŪ est l’existence en devenir, celle du monde manifesté, caractérisée par le changement et la limitation dans le temps. En dérivent entre autre les mots féminins bhū et bhūmi qui signifient la terre, le territoire, et bhūta (être vivant). On retrouve également cette racine au début du mantra Gāyatrī « oṃ bhūr bhuvaḥ svaḥ », où bhūr (bhūḥ) est le monde grossier, bhuvaḥ, le monde causal, subtil et svaḥ, le ciel transcendant.

Cette distinction ne signifie pas cependant que ces deux plans soient juxtaposés. Le plan de AS est celui de l'unique Réalité. Celui de BHŪ en est une émanation, il n'en est pas distinct, même s'il en apparaît séparé aux yeux de la personne « ignorante », c'est-à-dire prisonnière d'une vision dualiste du monde.

Souvent la phrase sanskrite fait l'économie du verbe être. Peut-être parce que l’existence est un substrat implicite dont l’évidence n’a pas besoin d’être dite.

Publié dans Sanskrit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article