Pleine lune de novembre : ébullition

Publié le par Jyoti

La pleine lune du 23 novembre (6h41) se situe dans le nakṣatra Kṛittikā qui correspond à l’amas des Pléiades* dans la constellation du Taureau (de 26°40 en Bélier à 10° en Taureau). Symbolisé par une lame de rasoir, il est régi par Agni, le feu, et par le Soleil. Les régents du Bélier (Mars) et du Taureau (Vénus) exercent leur influence passionnée sur cette maison lunaire où par ailleurs la Lune est exaltée.

Les éléments en jeu, à savoir l’eau (Lune et Vénus), l’air (Vénus), le feu (Bélier et Soleil) et la terre (Taureau), placent la période sous le signe de l’ébullition émotionnelle, intellectuelle et créative. Le fait que simultanément le Soleil se situe dans le signe du Scorpion, régi par Mars, et soit conjoint à Jupiter, la planète de l’expansion (pouvant aller jusqu’à l’excès) renforce la violence ou l’urgence des désirs qui risquent de nous assaillir pendant les deux semaines à venir.

Potentiellement allié et ennemi de la vie, le feu est un élément à manier avec précaution, d'autant plus lorsqu'il est associé aux tentations des sens liées à Vénus, régente du Taureau. Attention donc à ne pas se laisser entraîner à des excès qui pourraient s'avérer destructeurs, qu’il s’agisse de shopping, de relations amoureuses ou de projets.

Nous autoriser à nous faire plaisir et céder à nos enthousiasmes tout en évitant les conséquences dommageables de nos actions sur nos finances et nos sentiments sera d'autant plus périlleux que la capacité d’analyse et de réflexion liée à Mercure est affaiblie du fait de sa rétrogradation (jusqu’au 6 décembre).

Mais Kṛittikā est aussi l’occasion de laisser s’exprimer sans réserve ses aspirations artistiques, que l’on soit créateur ou spectateur, ainsi qu'une énergie dynamique et entreprenante bien venue en cette époque de l’année où la tentation de l'hibernation commence à se faire sentir.

La connotation guerrière de cette pleine lune et la lame de rasoir qui symbolise Kṛittikā nous invitent aussi à profiter de l’occasion pour élaguer ce qui doit l’être et à reconnaître que les conflits sont en général le signe de tensions que nous aurions tout intérêt à résoudre, même si nous redoutons la violence implicite à ces situations. Si la confrontation nécessaire s'avère impossible, nous pourrons toujours coucher ce qui nous ronge sur le papier avant de jeter la feuille dans le feu purificateur.

Pour tempérer l'exaltation ambiante, nous pourrons compter sur la compagnie de l’Hermite, l’arcane 9. Sa présence nous invite à aller jusqu’au bout de ce que cette pleine lune nous pousse à vivre, mais aussi à garder à l’esprit les enseignements d’anciennes situations similaires afin de profiter de l’élan bouillonnant de la période sans nous mettre en danger.

* Les Kṛittikāḥ sont les six nymphes qui ont élevé Skanda/Kārttikeya/Kumāra, dieu de la Guerre et chef de l’armée des dieux, éternel adolescent d’une grande beauté né du sperme de Śiva déversé dans la bouche du feu, puis dans le Gange, qui le rejeta dans des buissons de roseaux.

Ressources :
AnandaShree Astrology
- Julianne Victoria, Shedding Light on Jyotisha:  Vedic Astrology for Beginners

- Alain Daniélou, Mythes et dieux de l'Inde, collection Champsessais, éditions Flammarion
- Guide de prononciation sanskrite


 

Publié dans Astrologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article