Nouvelle lune de juin : se nourrir du nectar lunaire

Publié le par Jyoti

La nouvelle lune du 13 juin 2018 (21h45) se situe dans le nakṣatra Mṛgaśirā (« tête d'antilope », forme évoquée par les taches visibles sur la Lune). Couvrant de 23°20 en Taureau à 6°40 en Gémeaux, cette maison lunaire est constituée de quatre étoiles de la constellation Orion, dont la plus brillante, Bellatrix, et régie par le dieu Soma (la Lune) et la planète Mars.

Tout à la fois semence de vie, oblation et liqueur d'immortalité, Soma règne sur les maisons lunaires et appartient aux sphères supérieures inconnaissables directement à l'homme. Sa puissante influence pourra faire prendre conscience de la nécessité de sacrifier certaines choses pour que d'autres se concrétisent ou émergent, sur les plans spirituel comme matériel.

L'association de l'énergie de la Lune et du Soleil, à travers Mars, sera propice à la mise en œuvre et à la réalisation, favorisée par l'influence du Taureau, de ce qui demeurait à l'état de rêve, tel un projet de voyage lointain ou de changement complet de vie. À l'instar d'Orion, le farouche chasseur de la mythologie grecque, cette quinzaine nous place en situation favorable pour poursuivre avec détermination et confiance les objectifs que nous n'avions jusqu'ici peut-être pas osé nous fixer.

La racine MṚG colore Mṛgaśirā des sens de chasser, mais aussi de chercher à connaître et de s'efforcer d'atteindre. Il faudra veiller à ce que cette impulsion de quête, qu'elle soit d'ordre spirituel ou matériel, demeure maîtrisée et ne tourne pas à l'obsession ou à la monomanie. Il s'agira de maintenir l'équilibre entre ombre et lumière, intériorité et extériorité en laissant à Mercure, régent des Gémeaux, le soin de nous inviter à réfléchir avant d'agir, car l'idée est d'avancer, pas de céder à des chimères ou à l'appel des sirènes. D'autant plus que l'opposition dynamique actuelle entre Vénus et Mars alignés l'une sur Rāhu et l'autre sur Ketu – la tête et la queue du serpent – est susceptible de déclencher des interactions intenses et passionnées.

En dépit du risque de se perdre dans les plaisirs sensuels et une quête matérialiste du fait de la nature tamasique de Mṛgaśirā, la principale motivation de ce nakṣatra est la libération. Cette nouvelle lune est donc aussi, et peut-être avant tout, l'occasion d'ouvrir notre cœur et d'approfondir notre connaissance de nous-mêmes afin de profiter pleinement de l'énergie de transformation et de création à l'œuvre pendant la quinzaine à venir.

L'arcane associé à cette pleine lune est le 21, Le Monde, dernière étape du voyage initiatique du Tarot. Cette lame est celle de la pleine conscience de soi et de notre place dans l'univers. Réconciliés avec nos limitations, nous en comprenons la nature illusoire et pouvons nous abandonner à la joie de danser en harmonie avec les rythmes cosmiques. Représentation également de « l'œuf d'or », l'univers en germe, elle joint sa voix à celle de Soma pour nous dire que la vie ne meurt jamais et nous encourager à nous réjouir d'être en perpétuelle naissance de nous-même.

 

Ressources:
- AnandaShree Astrology
- Julianne Victoria, Shedding Light on Jyotisha:  Vedic Astrology for Beginners

 

Publié dans Astrologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article