Turn, turn turn

Publié le par Jyoti

Je viens d'entendre ce chant qui évoquera sûrement des souvenirs à tous les fans de folk américain de ma génération. J'ai hésité avec la version plus hippie des Byrds, que j'adore, mais la voix chaude et la sobriété de Pete Seeger ont gagné la partie (je dois vieillir !!).

Ce texte sur la cyclicité du monde, qui évoque immédiatement l'arcane 10, la Roue de la fortune, est tiré de l'Ecclésiaste (3.1 à 3.8), un livre de la bible hébraïque daté du XIe siècle avant Jésus-Christ que je découvre avec un grand intérêt. Sa résonance avec les thèmes du Shivaïsme nous rappelle que l'âme collective de l'Humanité n'a que faire des religions et plonge directement ses racines dans la Source.

Si je le partage aujourd'hui, c'est parce qu'un passage a attiré mon attention : «  A time you may embrace, A time to refrain from embracing », autrement dit « Un temps pour s'autoriser à embrasser, Un temps pour se retenir d'embrasser ». La traduction en anglais de l'hébreu de la très érudite Jewish Study Bible (p. 1609), qui rend directement le texte original, est : « A time for embracing and a time for shunning embraces » (éviter les embrassades).

Au-delà du sens actuel d'échange de baisers, dont à mon avis il n'est pas du tout question ici, les différentes significations d'embrasser méritent qu'on s'y arrête. Le sens premier est celui d'entourer avec les bras, un geste généralement associé pour nous à l'affection et la consolation. Mais c'est son sens figuré d'adhérer, accepter, adopter qui m'a interpelée.

Adhérer à de nouvelle idées, se lancer dans de nouvelles entreprises, adopter de nouveaux modes de vie, s'associer à de nouvelles personnes : le mouvement enivrant de la Roue engendre ces moments porteurs qui nous propulsent sur de nouvelles trajectoires.

Avoir la lucidité de déceler les idées, les entreprises, les modes de vie et les personnes qui ne pourront que nous porter préjudice tant sur les plans affectifs et intellectuels que matériels et spirituels, voilà qui est plus difficile. Les endoctrinements de toute nature et leurs mirages en constituent un excellent exemple : notions convenues que l'on adopte sans se poser de question, force d'attraction de conceptions du monde prédigérées, pseudo maîtres à penser... La liste est longue !

Ce texte nous rappelle que nous ne pouvons pas échapper au rythme cyclique auquel est soumise notre vie, à l'instar du reste de l'univers. Mais cela ne signifie pas que nous devions le subir passivement. Quand vient le temps de haïr, nous pouvons choisir d'aimer. Quand vient le temps d'« embrasser », nous pouvons faire preuve de discernement et séparer le bon grain de l'ivraie. Si faibles et limités que nous soyons, vit en nous une trace de la Volonté suprême qui a créé le monde. À nous de la reconnaître et de l'exercer.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article