Les mantra

Publié le par Jyoti

Nous sommes nombreux à chanter des mantra dans le cadre de nos diverses pratiques. Formules de quelques mots ou versets des Veda ou d'autres textes sacrés, chantés sur des musiques originales ou les trois tons du chant védique ou bien encore psalmodiés en silence, ils font partie du paysage « ordinaire » de toute personne s'intéressant de près ou de loin à la philosophie et à la métaphysique de l'Inde, à commencer par les pratiquants du haṭha yoga.

Si leur sont attribués des pouvoirs d'ordre « magique », de celui d'apaiser les tourbillons du mental à celui d'exaucer des vœux, c'est que dans un contexte philosophique où la parole crée le monde, les phonèmes sanskrits sont porteurs d'une énergie ésotérique puissante : celle-là même de la vibration originelle, inaudible à l'oreille humaine, qui émane la manifestation. Emprisonnée dans la gangue des mots et articulée avec l'organe de la voix, cette énergie première, devenue limitée et diffuse, échappe à notre perception. S'approcher de sa saveur et de sa vérité vibratoire nécessite la volonté de s'impliquer consciemment dans l'acte de chant ou de récitation.

Concrètement, plusieurs approches peuvent se combiner, par exemple : se familiariser avec une prononciation correcte (ou la plus correcte possible en fonction de ses possibilités) afin de restituer la vibration des phonèmes, comprendre en profondeur le sens des mots grâce aux explications d'un enseignant compétent ou à la lecture des textes et de leurs commentaires, l'intégrer et s'en imprégner, insuffler de la dévotion à la psalmodie ou tout simplement chanter sur fond de visualisation en rapport avec la signification du texte (p. ex., la Gāyatrī accompagnée d'une image solaire ou oṃ namaḥ Śivāya sur une représentation du cosmos ou de Śiva en tant que Suprême yogin).

L'important est de réaliser que les mantra ne sont pas des assemblages de syllabes et de mots que l'on répète un peu sans y penser, mais la forme vocalisée d'une énergie à traiter avec respect car elle nous relie directement à la Conscience suprême ineffable, notre mère à tous. Grâce à eux, nous pouvons lever un coin de ce voile dans lequel nous nous empêtrons sans cesse et atteindre un état d'union (yoga), même imparfait et temporaire, avec le divin.

Lorsque nous chantons des mantra avec le Cœur, notamment en groupe, nous baignons dans l'énergie omniprésente de Śiva et nous la contactons en conscience. Parce que nos sens ne peuvent la percevoir, nous n'en imaginons souvent même pas l'existence, et pourtant elle est là en permanence, puisque tout existe par elle et en elle.

Joignant le geste à la parole, je vous convie à vous rendre à l'article consacré au Grand mantra vainqueur de la mort, dont je propose à l'écoute deux versions différentes. J'espère qu'il trouvera un écho en vous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article