Transplantation

Publié le par Jyoti

Il arrive un moment dans nos vies où, à l'instar des végétaux, le terreau où nous sommes plantés ne nous convient plus. Les bourgeons des projets ont du mal à se former. La sève des envies et de l'enthousiasme peine à monter. Les fleurs des petits et des grands plaisirs fanent sitôt écloses. Il faut se rendre à l'évidence, les nutriments qui donnaient forme, couleur et vitalité à notre quotidien ont fini par s'épuiser.

Quand la répétition rassurante des cycles familiers n'est plus source d'anticipation, mais d'ennui, quand vient le sentiment de s'être transformé en robot, le moment est arrivé de se mettre en quête d'un terrain plus fécond. Cela pourra prendre la forme d'un changement de partenaire, de métier ou de lieu de vie, par exemple. Telle une eau salutaire, la décision de bousculer l'existant suffira à nous revigorer et à nous redonner un élan dont nous avions fini par oublier l'existence.

Lorsque vient la saison propice à notre transplantation, les obstacles insurmontables deviennent gérables, les épuisants bouleversements ne sont plus que petites bosses sur la route. Tout s'épanouit au soleil de la nouvelle vie que nous anticipons avec excitation.

La seule ombre à ce tableau plein de promesses est le temps nécessaire à sa réalisation : les rythmes naturels sont souvent lents et les changements que nous apportons à nos vies ne font pas exception à la règle. La trépidation peut alors prendre le pas sur l'excitation, l'anticipation s'effilocher en attente difficilement résignée.

Quand l'énergie de transformation se manifeste avec violence, compliqué de la canaliser et de transformer son impétueux bouillonnement en fleuve tranquille, même si l'on sait qu'un jour on regardera en arrière en se disant qu'on s'est (une fois de plus) agacé pour rien puisque le changement nécessaire aura eu lieu.

Dans ces moments volcaniques, il est bon d'aller chercher en soi le lac d'eau pure et paisible dans lequel se dissoudront les émotions trublionnes et qui nous renverra le reflet de l'évidence apaisée : ce qui doit se faire se fera... au moment opportun.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article