Nouvelle lune d'avril : vitalité et guérison

Publié le par Jyoti

La nouvelle lune du 26 avril 2017 (14h18) marque le début d’un cycle placé sous le signe de la guérison, de la fécondité, de la régénération et de la force vitale et donne le coup d'envoi dynamique d'un nouveau départ du fait de sa situation dans le nakṣatra Aśvinī (la Jument), la première des 27 maisons lunaires, et le signe du Bélier, le premier signe du zodiaque.

Symbolisée par une tête de cheval, cette constellation est régie par les déités de l'agriculture et médecins des dieux, les jumeaux Aśvin*, ainsi que par Ketu, le nœud sud de la Lune, planète virtuelle des vies antérieures.

La quinzaine claire qui s'annonce méritera d'autant plus son nom que le Soleil la domine de sa présence chaleureuse et éclairante : lié au signe du Bélier par le biais de Mars, son régent, il est l'époux d'Aśvinī et le père des Aśvin sous son aspect de Vivasvat, le soleil levant qui personnifie la loi du bien et des ancêtres, son élément, le feu, est associé à Ketu et les chevaux sont un symbole solaire familier des cultures indo-européennes.

Fermement plantés dans le terreau intérieur que nous fertilisons depuis quelques mois à force de réflexion, de remises en question et d'abandon de ce dont nous n'avons plus besoin, nous voici prêts à laisser monter la sève d'une énergie pleine de jeunesse et de vigueur propice à l'expression audacieuse de notre liberté. Après tous les élagages des semaines passées, les solutions à d'anciens problèmes apparaissent et l'orientation à donner à notre vie s'éclaircit de jour en jour.

La période va faciliter la prise de distance aussi bien en termes de hauteur que d'éloignement. Nous serons mieux à même de nous détacher des tracasseries du quotidien et de voir plus loin et plus clair, de nous concentrer sur les objectifs et les projets qui se précisent et s'épanouissent dans cette ambiance solaire. Confiants en notre capacité à tracer notre propre route, la vision à long terme pourra l'emporter sur la vision à court terme.

Cette nouvelle lune est également favorable à la guérison et à la cicatrisation des plaies physiques, morales et affectives. C'est le moment de veiller à la circulation équilibrée de l'énergie dans notre corps et de l'aider si elle donne des signes de faiblesse.  Les thérapeutes seront dans leur élément et leurs soins seront particulièrement efficaces.

Les semaines à venir devraient voir l'émergence très rapide de visions du monde innovantes ouvrant de nouvelles voies. Sous l'influence de Ketu et d'Aśvinī, elles seront également propices à la vie spirituelle, même si l'accent sera davantage mis sur le développement de nos potentialités et de nos richesses intérieures dans la vie matérielle.

Tels les Aśvin fendant le ciel d'avant l'aurore dans leur char d'or, nous risquons d'avoir envie de nous lancer sans attendre, et même peut-être avec impétuosité, vers les nouveaux territoires que nous brûlons d'explorer. Mais les délais et les obstacles dressés par Mercure rétrograde vont freiner ce désir d'aller voir ailleurs. Plutôt que de céder au stress et à la frustration, il faudra remettre à plat nos stratégies et découvrir les raccourcis susceptibles de nous faire arriver plus vite à destination. Ou bien patienter jusqu'au 3 mai que Mercure reprenne sa marche directe, ce qui risque de nécessiter une maîtrise de soi accrue.

Agriculteurs et médecins, les Aśvin sont également de fougueux chevaux : attention à ne pas nous laisser emporter par l'élan du troupeau. Prudence aussi à ceux qui seront amenés à se trouver en présence de gros animaux.

N'oublions pas la présence en toile de fond de Jupiter et Saturne rétrogrades : le premier nous invite à tenir fermement les rênes de notre vie et à choisir notre propre chemin ; le second peut nous inciter à opérer un déplacement social ou professionnel. Leur influence sera susceptible de tempérer l'ardeur juvénile associée à cette nouvelle lune et de la canaliser, permettant ainsi de l'utiliser plus efficacement.

L'arcane 13 qui accompagne cette nouvelle lune est celui de la Mort, autrement dit de la transformation génératrice de renaissance. Sans véritable surprise, elle se présente sur un cheval et sa symbolique tisse un motif qui soutient et complète celui des Aśvin mais aussi les thèmes évoqués au cours des semaines précédentes. Lorsque le moment est venu de tourner définitivement une page, il faut savoir prendre de la hauteur pour laisser sans regret derrière soi les joies et les peines, les espoirs et les peurs, les relations et le confort du connu qui ont fait notre vie. Avec le soutien bienveillant des fils du Soleil, ce franchissement de notre Rubicon personnel sera plus facile. Libérés des liens qui nous entravaient, nos blessures cicatrisées ou en voie de cicatrisation, nous pourrons avancer les yeux fixés sur les merveilles que l'univers tient en réserve pour chacun d'entre nous.

Cette quinzaine s'annonce riche et pétillante, pleine de l'optimisme et de l'enthousiasme de la jeunesse. Un nouveau cycle de croissance commence. Même si des nuages en obscurcissent l'éclat - projets ou désirs contrariés, corps ou esprit en souffrance - l'énergie aimante des Aśvin est là pour nous aider à franchir le cap et nous insuffler la vitalité nécessaire pour que la transformation s'opère. Laissons-la nous porter.

* Leur mère Samjñā (Connaissance intuitive) ne pouvant supporter l'éclat de son époux Vivasvat (le Resplendissant) prit la forme d'une jument pour aller mener une vie ascétique loin de lui. Se transformant lui aussi en cheval, il la rejoignit et de leur union naquirent les jumeaux Aśvinīkumāra (fils de la jument) ou Aśvin. Ils représentent la fonction des agriculteurs-éleveurs dans l'organisation tripartite des sociétés indo-européennes théorisée par Georges Dumézil.

Ressources :
- AnandaShree Astrology
- Alain Daniélou, Mythes et dieux de l'Inde, Flammarion
- Guide de prononciation sanskrite

Publié dans Astrologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article