Le Monde

Publié le par Jyoti

Avec l'arcane 21 prend fin le cycle d'enseignement que constituent les 20 lames précédentes (le Fou, 0 mais aussi 22, occupant une place à part).

Son intitulé, le Monde, peut paraître évident, mais de quel monde s'agit-il ? Selon les états de densité de l'émanation du Divin, la Kabbale en distingue 4 et l'hindouisme, 3. Si l'on organise les arcanes majeurs par rangées horizontales de 7, on obtient également trois « mondes », soit du plus subtil au plus grossier : 

  • arcanes 1 à 7 : monde métaphysique et des archétypes ; le spirituel
  • arcanes 8 à 14 : monde des idées ; le mental
  • arcanes 15 à 21 : monde physique ; le corps

Partant de ce principe, le Monde apparaît clairement lié à notre condition d'êtres incarnés. De fait, sa représentation graphique évoque immédiatement la Nature, avec les 4 éléments sous la forme du taureau (la terre), du lion (le feu), de l'aigle (l'air) et de l'ange (l'eau), la couronne végétale et enfin l'écharpe serpentine évoquant la kuṇḍalinī*. Sans oublier que la réduction de 12 en 3 donne l'Impératrice, Vénus, sous sa forme de Terre mère et nourricière.

Mais la présence d'autres éléments empruntés à des arcanes précédents indique que le monde manifesté « naturel » n'est que le sommet de l'iceberg et que le monde physique est indissociable des autres, avec lesquels il coexiste simultanément dans la Conscience suprême. Insigne de victoire, la couronne de laurier est « nouée » par deux rubans en forme de lemniscate, symbole de l'infini (arcanes 1 et 8). Les deux bâtons, qui permettaient au Magicien (arcane 1) de jouer le rôle de « capteur » de l'énergie divine et de la transmuter en manifestation (par le biais des 4 éléments) sont maintenant parallèles, symboles d'une dualité comprise et maîtrisée. Si la position des jambes fait penser à la danse de Śiva sous son aspect naṭarājan et au rythme des cycles naturels, elle est également identique à celle du Pendu (arcane 12) et suggère donc le symbole alchimique du Soufre, c'est-à-dire le principe masculin.

Cet arcane nous donne à voir le monde, notre monde, simultanément sous ses deux aspects exotérique et ésotérique. Certes, notre condition nous limite physiquement, nous enchaîne à la forme et au temps (Saturne est la planète qui régit cet arcane), nous condamne à la dualité, mais au sein de ces contraintes, nous avons la liberté (notre libre arbitre) de voir au-delà et de prendre conscience que la Réalité est présente en nous et autour de nous, comme l'exprime le fond bleu uniforme de l'arcane et la réunion des principes féminin et masculin au sein du personnage central. De la même façon, la couronne de laurier** ne constitue pas un obstacle insurmontable : il suffit d'en écarter les feuilles (soulever un coin du voile) pour accéder à un autre champ/mode de vision et ainsi triompher de nos limitations et de notre aveuglement à l'asservissement qu'elles nous imposent.

Le Monde nous parle d'accomplissement : nous comprenons et acceptons ce qui nous a été donné en partage et nous en tirons le maximum de profit. Connaissant nos limites, nous sommes aussi en mesure de désirer les dépasser ou les repousser. Si nous réalisons que les limites imposées à notre corps ne concernent pas notre conscience, elles perdent leur toute puissance. Ce faisant, le cloisonnement artificiel entre les trois mondes saute et nous ouvre la porte d'un nouvel espace de réalisation personnelle.

Cet arcane final indique également que le moment est venu de profiter d'un seuil atteint avant de passer à un autre. En effet, le Fou, maître de tous les possibles, souffle de la vie dans son expression la plus proche du Divin, est déjà là, prêt à lancer un nouveau cycle.

Célébration de la force de création, le Monde représente aussi l'œuf cosmique et son germe ramenés au monde physique, autrement dit le principe universel de gestation du nouveau dans la coquille de l'ancien.

 

Mots clés : Réalisation de son potentiel, épanouissement dans l'acceptation des limites intérieures et extérieures, aboutissement fécond, compréhension de sa place dans le monde, harmonie intérieure, gestation d'un nouveau commencement

* Concept tantrique de l'énergie féminine de création représentée par un serpent lové trois fois et demi sur lui-même au niveau du cakra racine (sacrum). Son activation, qui la fait se déployer, par la colonne vertébrale, jusqu'au cakra couronne (fontanelle), harmonise les sept cakra et apporte l'éveil spirituel. Elle est l'un des noms du pouvoir de création de Śiva.
** Incidemment, le laurier est la plante dédiée à Apollon, dieu du Soleil. Dans la tradition védique, le Soleil représente notamment la création et la connaissance.

 

Publié dans Tarot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article