Pleine lune de septembre : de la pénombre jaillit une lumière nouvelle

Publié le par Jyoti (traduction et adaptation d'un article de Kari Field)

Pleine lune de septembre : de la pénombre jaillit une lumière nouvelle

L'éclipse pénombrale conjointe à la pleine lune du 16 septembre, qui atteindra son maximum à 20h52, invite à couper les amarres et à se lancer dans l’inconnu. Si vous avez l’impression que des brèches s’ouvrent dans le navire de votre vie et menacent de le faire sombrer, rassurez-vous : un nouvel espace de liberté est en train de s’ouvrir devant vous à un rythme accéléré.

Cette éclipse, la dernière de l'année, clôt un semestre agité par des conflits entre des forces opposées et semé d’obstacles obstinés. Si vous en sortez prêt(e) à intégrer le passé, vous allez pouvoir repousser les frontières de votre territoire.

L'éclipse se produira à la marge du signe sidéral des Poissons dans la constellation védique Pūrva Bhādrapadā. Les deux pieds frontaux d'un lit funéraire qui en constituent l’un des symboles* annoncent la mort mais aussi la renaissance. Ce nakṣatra vous révélera ce qui est véritablement important dans votre vie et vous amènera à réviser vos priorités en conséquence.

Pūrva Bhādrapadā est régie par Ajaikapada**, principalement considéré aujourd'hui comme un aspect du seigneur Śiva symbolisant l’axe cosmique du monde, mais qui apparaît pour la première fois dans les Veda à une époque plus ancienne en étroite association avec Ahirbudhnyas « le serpent des profondeurs », identifié sur le plan allégorique à Agnigārapatya, le feu du maître de maison***. Cette déité est ainsi en lien avec les nāga, ces serpents fabuleux qui protègent les richesses de la terre dans les profondeurs de leur royaume souterrain. Lovés au cakra racine, ils ont le pouvoir de se déplacer dans les royaumes subtils et d’éveiller en nous l'appétit de vivre ainsi que le détachement né de la sagesse spirituelle. Les nāga représentent aussi l’énergie puissante de la kuṇḍalinī qui soutient et protège toute vie sur notre planète.

Forte de son énergie de mue, cette éclipse lunaire est susceptible de faire surgir une nouvelle identité et d’ouvrir un nouveau chapitre de votre vie. Il est possible qu’une opportunité frappe soudainement à votre porte car Jupiter, planète de l’expansion et de la croissance qui canalise directement le potentiel de cette éclipse, rend possibles les avancées positives et libère les énergies stagnantes.

Les difficultés, les obstacles et les lourdeurs rencontrés cette année arriveront à leur terme le 17 septembre quand Mars quittera officiellement le signe du Scorpion. La pression sans ménagement exercée par Saturne se relâchera et le vaillant Mars entrera dans le signe du Sagittaire au feu généreux, impulsif et libre. Votre énergie et votre élan subiront une poussée supplémentaire lorsque Mercure reprendra sa marche directe le 21 septembre.

Attention cependant, car si le pouvoir de transformation de cette éclipse est susceptible de susciter un sentiment d’euphorie, il est tout aussi capable de semer le chaos et la confusion. Au cours des trois mois à venir, un alignement de mauvaise augure baptisé Kālasarpayoga va maintenir les planètes entre Rāhu et Ketu, la tête et la queue du démon serpent Vasuki. Sur le plan mondial, cette situation pourrait se traduire par des changements brutaux, des catastrophes, des scandales et des duperies.

À l’instar du feu de tapas, un terme sanskrit dont le premier sens est chaleur, mais qui signifie également ascèse, celui de Pūrva Bhādrapadā purifie l'esprit, consume tout ce qui ne vaut pas d’être conservé, apporte force et clarté et prépare l'âme au monde à venir. Si l’ardeur de cette énergie ne vous effraie pas, cette éclipse lunaire vous offre une opportunité unique de renaître à vous-même, tels le phénix, conscients de la nouvelle puissance qui vous habite et débarrassés des scories qui polluaient votre état émotionnel.

Source : AnandaShree Astrology

* Les autres sont un homme à deux visages et deux épées croisées car il s’agit d’une constellation double.

** Mot sanscrit pouvant se lire « aja eka-pada » (bouc à une patte) ou « a-ja eka-pada » (non-né à un pied, sachant que « non-né » qualifie les dieux).

** L’un des trois feux sacrés transmis par un père à sa descendance et qui sert à allumer les feux sacrificiels (dictionnaire sanskrit-anglais Monier-Williams).

Publié dans Astrologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article