L'amour me conduisit

Publié le

L'amour me conduisit

Poésie de Jalla - Mystique du Cachemire (14e siècle).

Traduction : Marinette Bruno - Les Dits de Jalla - Editions Les Deux océans

En cherchant le Soi, je me lassai
Car personne, en cherchant, n'a jamais obtenu
La science secrète au-delà de la pensée.
J'arrêtai de chercher. L'amour me conduisit
A la porte de la taverne.
Alors je trouvai des jarres pleines de vin
Mais personne ne désirait en boire.
Alors la folie de mon esprit fut dévoilée
Comme les cendres le sont par un miroir.
Alors il s'imposa à moi
Evident et clair.
Et quand je le vis tout près de moi
Il était tout, et je n'étais rien
Et plus rien d'autre n'existait.

Chasse les actes passés, le plaisir et la peine,
Et tu seras à l'honneur dans le monde à venir.
Lève toi, monte, passe à travers l'orbite du soleil
Et tu auras surmonté la crainte de la mort.

J'ai traversé l'étendue où le vide seul est,
Laissant derrière moi raison et bon sens,
Alors je découvris le secret du Soi,
Et d'un seul coup, par surprise,
Dans la boue, le lotus a fleuri en moi.

Pas de différence pour moi entre la vie et la mort,
Heureuse de vivre et heureuse de mourir,
Je ne donne ma vie pour personne
Et personne ne donne sa vie pour moi.

Sur rien d'autre je ne bâtis mon espoir,
En rien d'autre je ne place ma confiance.
Mes poèmes m'ont apporté le vin que j'ai bu,
Mes poèmes m'ont donné la force d'empoigner
L'obscurité qui restait en moi.
Je l'ai enroulée et jetée par terre,
Je l'ai mise en pièce,
J'ai dissipé l'obscurité de mon âme
.



 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article